Bien vivre avec son animal

 

Vous avez perdu votre animal, que faire ?

 

Si votre animal est tatoué, vous aurez plus de chances de la retrouver. Dès que vous avez constaté sa disparition, vous devez aussitôt :


- Prévenir la fourrière de votre commune ainsi que le refuge SPA le plus proche. Il arrive que la fourrière et le refuge soient au même endroit.


- Prévenir également le commissariat de police ou la gendarmerie, ainsi que les vétérinaires des environs.


- Prévenir la Société centrale canine si votre chien est tatoué : 01 49 37 54 54 ou le Fichier national félin si votre chat est tatoué : 01 55 01 08 08


- Distribuez des affiches chez les commerçants, dans les boîtes aux lettres, promettez une récompense...


 

Vous avez trouvé un animal, que faire ?

 

Si l'animal est tatoué, relevez minutieusement le tatouage, situé le plus souvent à l'intérieur d'une oreille, parfois à l'intérieur de la cuisse pour les chiens. Si le tatouage est difficilement lisible, vous pouvez nettoyer l'oreille à l'alcool, puis placer une lampe derrière l'oreille, ce qui vous permettra de lire le tatouage par transparence. Prenez ensuite contact avec les deux organismes centralisant les tatouages.

 


- pour les chiens : la Société centrale canine : 01 49 37 54 54 
- pour les chats : le Fichier national félin : 01 55  01 08 08



Ces organismes identifieront le propriétaire de l'animal. Si l'animal n'est pas tatoué, qu'il ne porte ni médaille ni quille avec l'adresse du propriétaire, 2 solutions s'offrent à vous :


1 - Amener l'animal dans un refuge ou une fourrière.


2 - Entreprendre vous-même des recherches, si vous décidez de garder votre protégé pour lui éviter la cage. Dans ce cas, observez bien l'animal pour pouvoir fournir une description précise que vous communiquerez à la fourrière et/ou aux refuges de la région. Ils auront peut-être reçu un appel du propriétaire à la recherche de son compagnon.


Prévenez également le commissariat de police ou la gendarmerie, ainsi que les vétérinaires des environs. Distribuez des affiches chez les commerçants, dans les boîtes aux lettres.

 

Qu'est-ce qu'un refuge ?

 

Un refuge est en règle générale géré par une association de protection animale. Il recueille les animaux apportés par leur maîtres qui ne veulent plus ou ne peuvent plus les garder. Ils signent alors un "certificat d'abandon" qui autorise l'association à proposer ces animaux à l'adoption. Dans un refuge, aucune euthanasie n'est obligatoire.

 

Hélas, c'est parfois la solution la plus humaine dans les cas d'animaux très malades, grièvement blessés ou trop agressifs pour que l'on puisse prendre le risque de les confier à de nouveaux maîtres. Quand les refuges sont menacés de saturation, ils lancent des appels et organisent des "journées d'adoption" car pour toute association de protection animale, l'euthanasie ne peut être le remède à la surpopulation.

 

Qu'est-ce qu'une fourrière ?

 

Conformément à la loi, la fourrière est sous la responsabilité de la Direction des services vétérinaires départementaux (ministère de l'Agriculture). La fourrière héberge les chiens et les chats trouvés en état de divagation.

 

Ces animaux ont été abandonnés sur la voie publique ou perdus par leurs propriétaires. Le fonctionnement de ces structures est régi par la loi n° 99-5 du 6 janvier 1999 . L'amélioration de cette législation, tout comme la gestion des fourrières font partie des grands combats de la SPA.

 

En effet, les délais de garde dans les fourrières sont désormais de 8 jours ouvrés. A la fin de cette période, si l'animal n'a pas été réclamé par son propriétaire, il est considéré comme abandonné et devient la propriété du gestionnaire de la fourrière.

 

Après avis d'un vétérinaire le gestionnaire peut céder las animaux à titre gratuit à des fondations ou des associations de protection des animaux disposant d'un refuge qui seules sont habilitées à proposer les animaux à l'adoption à un nouveau propriétaire.

 

Depuis avril 2001 aucun département n'est touché par la rage et la loi exigeant l'euthanasie d'un animal trouvé en divagation sur la voie publique sur une zone rabique, n'a donc plus lieu d'être. 

 


La SPA luttait depuis 1960 pour que les fourrières ne soient plus synonymes de mort pour les animaux. Nous considérons cette loi de 1999 comme une victoire.

 

Pourquoi faire stériliser son animal ?

 

Il s'agit d'une intervention chirurgicale bénigne (ovariectomie pour les femelles, castration pour les mâles), pratiquée par les vétérinaires. Elle a encore le tort d'être coûteuse : une des raisons d'être de nos dispensaires.

 

La stérilisation limite la prolifération, mais aussi :


 - prévient l'apparition des cancers : une chienne ou une chatte stérilisée ne développera pas (à 95%) de métrite, de grossesses nerveuses, de cancer de l'utérus ou des mamelles.



 - empêche les fugues : de nombreux chiens et chats s'échappent du domicile de leurs maîtres pour aller retrouver une femelle en chaleur. Certains ne retrouveront jamais le chemin du retour, ne l'oubliez pas. Les trafiquants de chiens utilisent souvent une femelle en chaleur pour attirer et voler des chiens.

 

- limite les marquages intempestifs et les bagarres durant lesquelles les animaux peuvent contracter des maladies parfois mortelles.

 

En conclusion, la stérilisation contribue à protéger votre animal.

 

Contrairement aux idées reçues :


 - Elle ne rend pas un animal malheureux : il ne faut jamais céder à la tentation de prêter aux animaux des sentiments strictement humains. Ne croyez vous pas qu'un animal est plus malheureux quand on l'enferme pour l'empêcher d'aller retrouver la femelle aguichante ?



 - Elle ne fait pas grossir un animal : si vous réduisez sensiblement sa ration alimentaire.



Enfin, il n'est pas nécessaire qu'une femelle ait une portée avant de la faire opérer. Une chienne ou une chatte peut vivre très longtemps, parfaitement heureuse et en parfaite santé sans n'avoir jamais eu de petits.

 

La stérilisation limite-t-elle la misère animale ?

 

La reproduction excessive des animaux est l'une des plus grandes causes d'abandon.


Sans doute avez-vous déjà croisé le chemin d'un de ces chats sans maîtres qui se sauvent à toutes "pattes" dès que vous tentez de l'approcher. 
 

Savez-vous que la descendance d'un couple de chat peut s'élever à 12 680 individus en 5 ans ? De nombreuses portées de chatons sont vouées à devenir les victimes du froid, de la faim, de la maladie et hélas bien souvent de la cruauté de certains hommes qui trouvent en ces êtres des souffre-douleur sans défense. 
 

Alors que les éleveurs continuent à faire venir au monde des portées à tour de bras, que fleurissent des supermarchés où les animaux de compagnie sont vendus comme des produits ménagers, à crédit ou en solde, nos refuges sont saturés.


Les particuliers font faire des bébés à leurs chienne ou à leur chatte et distribuent les petits à qui veut bien les prendre. Combien finissent dans nos refuges ou écrasés sur la route ! Seul remède contre la misère animale : la stérilisation !

 

Contre quelles maladies vacciner son chat ?

 

Le typhus : cette maladie très grave est souvent mortelle, surtout chez les jeunes chats. Elle est très contagieuse entre chats. 

 

Le coryza : ce virus est très contagieux entre chat. Même si le vaccin n'est pas efficace à 100%, il est vivement recommandé. 
 

La leucose : depuis 1986, il existe un vaccin contre cette maladie très grave et très contagieuse entre chats. Son coût est malheureusement assez élevé.

 

Ces trois maladies ne sont pas transmissibles à l'homme.


 

La rage : Cette maladie bien connue se transmet aussi aux hommes. La vaccination contre la rage n'est plus obligatoire depuis avril 2001 dans tout l'hexagone. La SPA recommande toutefois d'effectuer les rappels annuels afin de protéger au mieux votre animal.

 

Contre quelles maladies vacciner son chien ?

 

La maladie de carré : cette maladie est souvent mortelle. Elle touche particulièrement les chiots et les chiens âgés.



L'hépatite de Rubarth : très grave maladie du foie, aujourd'hui de plus en plus rare grâce à la vaccination.



La parvovirose ou gastro-entérite virale : maladie gravissime, surtout chez les jeunes chiens.



La leptospirose : se transmet par l'urine de rats infectés par des bactéries (les leptospires).



La piroplasmose : transmise par les tiques. Il existe un médicament contre cette maladie, mais il est parfois trop tard pour l'employer. La vaccination, bien qu'assez coûteuse, est vivement conseillée pour les chiens qui vivent à la campagne.

 

Ces maladies ne sont pas transmissibles à l'homme.


 

La rage : Cette maladie bien connue se transmet aussi aux hommes. La vaccination contre la rage n'est plus obligatoire depuis avril 2001 dans tout l'hexagone. La SPA recommande toutefois d'effectuer les rappels annuels afin de protéger au mieux votre animal.

 

Faut-il faire tatouer son animal ?

 

L'identification des chiens et des chats est obligatoire en France depuis le 22 juin 1989 par tatouage ou puce électronique.


Pourtant, de nombreux animaux ne sont pas tatoués, soit parce qu'ils sont nés avant cette date ou parce que certaines personnes ne respectent pas la législation. Le tatouage est pourtant la seule carte d'identité fiable, donc indispensable. Il permet à l'animal d'être répertorié sur un fichier, où figurent les coordonnées de son propriétaire : vous optimisez vos chances de le retrouver en cas de perte.


Enfin, si vous changez de domicile, n'oubliez pas de communiquer votre changement d'adresse à l'aide du volet de la carte de tatouage prévu à cet effet. 

 

La puce électronique permet une identification fiable pour les animaux de compagnie. Elle se pose au niveau du cou, côté gauche, elle est de la taille d'un grain de riz. Le coût de la pose est d'environ 60 € chez votre vétérinaire.

Un animal sans tatouage peut donc être porteur d'une puce électronique et avoir un maître. Pour lire la puce, il faut vous rendre chez votre vétérinaire qui peut vous communiquer le nom du propriétaire de l'animal et lui éviter la fourrière.



La SPA rappelle que l'identification, le passeport ainsi  est obligatoire dans le cadre de vos voyages à l'étranger y compris dans la communauté européenne, vos déplacements en France pour entrer dans certains campings, pensions, etc ...

 

La SPA rappelle que lors de vos déplacements à l'étranger y compris dans la communauté européenne, vous devez prendre quelques précautions. Votre animal doit être identifié soit par tatouage ou puce électronique, les vaccins doivent être à jour y compris la rage et ne pas oublier son passeport.